Parlons Corse

LIVRES

1.
Jacques Fusina
Parlons Corse

Avec ce Parlons corse notre collection s’enrichit d’un nouveau titre : le corse, langue issue du latin, fut souvent confondu pour des raisons historiques avec l’italien par les observateurs extérieurs à l’île, alors même qu’un prêtre de la région de Castagniccia né en 1644 (la même époque que Louis XIV ! ) s’exprimait déjà poétiquement dans cet idiome dont il soulignait l’originalité.
La langue corse, aujourd’hui enseignée à tous les degrés de l’école et jusqu’à l’université, est abordée ici d’abord par ses aspects grammaticaux (phonologie, morphologie, syntaxe) puis lexicaux (vocabulaire correspondant français-corse et corse-français), et toujours illustrée de manière claire et vivante par de nombreux exemples.
La démarche linguistique permet également une bonne introduction à la culture corse, aussi bien sous l’aspect de la tradition (us et coutumes, gastronomie, architecture…) que de la modernité (littérature, chants et musique, vie et production actuelles…) et fait ainsi de cet ouvrage un outil simple et précis de bonne connaissance de la Corse.

2.
Jean-Marie Arrighi
Histoire de la Langue Corse

La langue corse a avec les autres langues de France qualifiées de “régionales” ou “minoritaires” bien des ressemblances. L’en distinguent aussi plusieurs particularités, qui apparaîtront dans ce livre. Les limites nettes et indiscutables de son territoire, fixées par la mer, ôtent au moins un prétexte aux hésitations éventuelles: où commence et où finit la zone concernée, etc. La situation géographique de l’île symbolise assez bien sa place culturelle et linguistique, dans l’ensemble méditerranéen comme dans celui des langues romanes: européenne mais pas si loin d’Afrique, entre la France et l’Italie mais avec sa spécificité. À cette évidence géographique correspond aussi une certaine continuité culturelle: le peuple habitant l’île, mê s’il a évolué et a connu, au moins une fois, un changement de langue, porte la même nom depuis le début de l’histoire, et ne l’a pas emprunté à des peuples conquérants. Le corse est aussi étroitement lié à une grande langue voisine, ce qui a entraîné une certaine lenteur dans la prise de conscience de son originalité, mais lui ouvre un espace plus large et constitue un atout pour l’avenir.
Cet ouvrage a d’abord pour but d’apporter au grand public—corse ou non—une information minimale, aussi objective que possible, sur les étapes historiques qui on conduit à l’élaboration de la langue corse. Au-delà des aspects strictement linguistiques, il envisage, d’un point de vue plus sociolinguistique et culturel, les conditions de la prise de conscience de son existence chez les locuteurs, et l’expression de la revendication à son sujet. C’est donc une approche plurielle qui a été privilégiée. Au-delà de l’étude historique, nous chercherons aussi à dresser un tableau de la situation actuelle et à présenter l’état des débats. Il va de soi que le lecteur devra se reporter aux travaux universitaires, dont les principaux sont indiqués dans la bibliographie, s’il souhaite aller plus loin sur tel ou tel point que l’espace restreint ne nous a pas permis de développer.

Rating
( No ratings yet )
Like this post? Please share to your friends:
New magazines in PDF every day from USA, UK, Canada, Australia, download free!
Leave a Reply